Aerofly FS 2020


Note : 5/5 — 20.20.19 — English

Son petit prix tout compris vaut la peine de creuser le sujet en profondeur. Et en effet au delà de la barrière technique c’est le plus splendide et le plus réaliste de tous les simulateurs. Le meilleur des meilleurs en fait. Un ravissement absolu. Oubliez les autres et décollez pour de bon !

L’interface utilisateur

Elle est réduite à l’essentiel. Il faudra utiliser le cockpit avec toutes les compétences et connaissances requises. Mais ça vaut le coup de s’y intéresser. La manipulation du cockpit est facile grâce à une excellente interface bien pensée pour le tactile.

Pendant le vol le novice n’aura pas d’autre choix que d’activer le copilote qui se charge de tout. Vous ne faites rien, vous êtes passif. C’est comme dans une vidéo YouTube. Le seul avantage du copilote est qu’en l’observant bien ça peut servir de tutoriel sur l’apprentissage du pilotage de tel ou tel avion.

L’éditeur propose des tutoriels qui peuvent aussi être utiles pour d’autre simulateurs : Aerofly FS Wiki. Le simulateur est tellement performant que l’éditeur nous invite même à visionner des vidéos tutoriaux de vols réels.

La barre des statuts est en haut ce qui libère la place en bas de l’écran pour y placer les instruments de vol. Ce qui est une excellente idée. C’est le seul simulateur a y avoir pensé.

En plus sur un iPad les instruments sont suffisamment grands ce qui permet de ne pas utiliser le HUD dont on oublie complètement l’existence. C’est vraiment le seul simulateur à avoir réussit à rendre exploitable l’utilisation des instruments du cockpit pour naviguer et de se passer de HUD.

C’est parfaitement adapté à l’iPad Pro 11 pouces et aux iPhone X / XS / XR / 11.

Limitez le nombre de frames pour éviter une surchauffe de votre appareil. La limitation ne change presque rien puisque les mouvements sont doux. C’est parfaitement fluide. Et ne nécessite pas de connexion internet. Le multitâches sur l’iPad est bien géré, il est donc possible d’ouvrir une fenêtre flottante Mail, Messages ou le Centre de Contrôles par exemple sans mettre en pause votre vol.

Pas de bug ni de crash intempestif.

Vous pourrez mettre votre vol en pause et y revenir plusieurs jours plus tard par exemple.

Une fois en pause on peut visionner les dernières secondes sur l’angle de son choix, une autre météo ou à un moment différent de la journée. Il n’y a pas de replay du vol complet. C’est assez dommageable puisque c’est tellement magnifique que ça mériterait quelques prises de vues. L’idéal serait de disposer d’un bouton « appareil photo » qui génère une copie d’écran dans Photos sans l’interface.

La saloperie d’icône qui permet d’élever l’avion plus haut doit absolument être désactivable. Car si par mégarde vous appuyez dessus votre avion sera propulsé instantanément plus haut même pendant le taxiway. Ca fait carrément chier. De même pour le bouton copilote qui ne sert à rien s’il on utilise le cockpit pour naviguer.

L’éditeur dispose d’un système de ticketing et répond aux questions tel un professionnel. Il n’est donc pas blotti derrière son forum complètement apeuré par les suggestions ou la découverte de bugs (comme chez Infinite Flight). La vitrine chez Aerofly c’est Aerofly et non un forum qui sert de bouclier ou d’écran pour enfumer l’utilisateur bien profond !

La carte

Elle est en couleur avec vue satellite.

La préparation d’un vol est confuse au premier abord : il faut bien comprendre qu’il faut placer l’avion n’importe où sur la carte (même déjà en altitude). Puis préparer un plan de vol qui peut ne rien à voir avec la position de l’avion ! Cela permet notamment de générer un nouveau plan de vol et laisser l’avion là où vous l’aviez parqué.

Un plan de vol est automatiquement créé. Il peut ensuite être modifié en y insérant une SIDs, une STARs, une route, des VOR, des waypoints ou des points personnels.

Il est ainsi préprogrammé dans l’ordinateur de vol, pas besoin de se plonger dans l’utilisation de celui-ci même dans dans le cas du Cold & dark. Mais il est toujours possible de l’utiliser depuis le cockpit.

Les avions

Il y a 23 appareils dont des Airliners de Boeing ou d’Airbus, des Turboprop dont le Dash 8Q-400, des jets de combat, des appareils de l’aviation générale, 2 hélicoptères et 2 planeurs. Leurs designs sont particulièrement soignés à l’intérieur et à l’extérieur avec le même niveau de finition pour tous.

La physique du vol est PARFAITE voire ORGASMIQUE, la MEILLEURE de tous.

Ils sont tous équipés de cockpits avec des instruments animés. Tous les boutons sont manipulables. Si on n’utilise pas le copilote il faudra utiliser le cockpit.

C’est les cockpits les plus perfectionnés et perfectionnistes, sans égal.

Dans le cockpit, il y a les bruits de manipulation des boutons et des manettes. C’est très sexy.

Les bruits sont spécifiques à chaque avion. C’est le seul simulateur à réussir ceci. Un Airbus fait un bruit d’Airbus, un Boeing un bruit de Boeing, etc. Même mieux que ça l’Airbus A320 ne fait pas le même bruit que l’Airbus A380, waouh !

Cependant l’A380 ne semble pas complètement fini, par exemple, certains écrans comme les check-lists sont figés et d’ailleurs le bouton CL n’a pas d’effet sur cet affichage.

Il y a les annonces GPWS, 100ABOVE, MINIMUM, RETARD RETARD, mais pas de RAAS.

Les landing lights n’éclairent pas la piste. Comment ont-ils pu omettre ça, c’est un crime!

Un petit fond de communications radio aurait été bien agréable.

C’est le seul simulateur à proposer l’auto-trim et l’auto-thrust (comme sur les Airbus). Sur Airbus il y a aussi LOC & APPR, A/THR (vitesse managée), les 2 pilotes automatiques AP1 & AP2, les indicateurs V1 / VR / -O / -S / -F / TOD, l’indicateur de direction FD, le suivi de l’ILS en manuel est tout simplement magique incluant l’affichage du DH & de l’orientation de l’avion et l’écran affiche la check-list TO CONFIG / AUTO-BRAKE / FLAPS. Orgasmique.

Il est possible de commencer un vol en Cold & Dark, juste moteurs éteints ou avion ready for taxi.

La vue cockpit est bien faite en plaçant les instruments de vol à raz du bas de l’écran. Et donc vous pilotez à la bonne hauteur. Cela peut paraître évident mais c’est le seul simulateur à y avoir pensé. Les autres remontent le cockpit vers le haut jusqu’à même voir le pédalier de la gouverne ! On a l’impression d’être un enfant de 6 ans aux commandes.

Un effet parallaxe (optionnel) permet d’afficher les instruments de vol et le pilote automatique sans perdre le cap de vue. Cette astuce qui diffère des autres simulateurs rend le cockpit réellement utilisable.

Les instruments sont suffisamment lisibles sur un iPad (plus difficile sur iPhone mais c’est faisable et c’est une exception propre à ce simulateur).

Vos réglages de vue et d’avions sont mémorisés d’un vol à l’autre. Encore une fois c’est le seul simulateur a y avoir pensé.

La gouverne peut être automatique (sans soucis), assistée (atterrissage facilité par vent de travers) ou manuelle (à vous de gérer). La libération de la gouverne a un retour élastique (que c’est futé).

Le calibrage de l’appareil oblige de quitter le vol puis d’y revenir. Un bouton de calibrage serait le bienvenu ou mieux un calibrage automatique lors de la désactivation de l’autopilote.

L’ergonomie du simulateur, la maniabilité du cockpit et le fonctionnement réel des instruments vous permettront de désactiver le pilote automatique dès 5000 pieds comme les vrais pilotes par beau temps pour entretenir leur agilité.

Les paysages

La grosse différence avec la version précédente (Aerofly FS 2019) c’est qu’en plus de la Californie vient s’ajouter le Nevada, l’Utah, Colorado et l’Arizona.

La Suisse est aussi disponible en achat in-app. Pourvu qu’ils ajoutent un jour le Japon, Hawaï, Vancouver, Seattle… à s’offrir sans modération.

Un « achat in-apps gratuit » permet de télécharger la version haute résolution de la scène. Ça ajoute 2 Go au 4 Go de l’application. Que c’est magnifique !

La scène est donc extrêmement vaste. Un vol Los Angeles / Denver vous attend ! Passez par Las Vegas, wouah…

Les bâtiments aux alentours des aéroports sont en 3D et éclairés la nuit. Mais malheureusement le reste des villes ne l’est pas.

Les pistes sont correctement éclairées avec ALS (Approaching Lights System). La qualité des pistes est vraiment supérieure aux autres simulateurs, pas de pistes génériques ici. Certaines pistes sont même convexes, concaves ou avec un dévers. Magnifique !

Malheureusement les taxiways ne sont pas éclairés (à l’exception de Denver, Aspen peut-être quelques autres). C’est assez incompréhensible puisque tout le reste est extrêmement soigné.

Les vols de nuit sont donc agréables. Sur l’interface il pourrait y avoir un bouton « lampe de poche » ou « vision nocturne » pour voir temporairement la scène pendant le taxiway nocturne par exemple.

Un excellent travail dépassant tout ce qui se fait sur iPad ou iPhone. Inégalé.

La météo

Splendides nuages. C’est les plus beaux nuages.

Mais pas de pluie ni d’orage.

Les nuages cumulus et cirrus sont réglables séparément. Génial. On peut les changer en court de vol, tout comme l’heure.

Les effets d’ombres et de lumières gênent la vision en fonction des conditions atmosphériques comme dans la réalité. Vraiment très exitant!

Le réglage de l’heure est basé sur l’heure UTC. Peu pratique, ça pourrait être adapté en heure locale surtout qu’il faut placé l’avion quelque part sur la carte ! Il pourrait aussi y avoir des repères qui marquent le lever du soleil, le coucher du soleil, midi ou la nuit.

La force du vent est réglable ainsi que les turbulences et les bourrasques. Le vent s’amplifie avec la prise d’altitude. Un excellent moteur de météo.

Le prix

Merci, il n’y a pas d’abonnement de merde.

Merci.

Encore merci.

Merci beaucoup, oui on vous aime pour ça.

Le jeu n’est pas cher et payable en une seule fois. Tous les avions sont disponibles. La région Suisse est le seul achat in-app.

Aerofly FS 2020 offre le meilleur rapport qualité/prix de tous les simulateurs. Cependant, sa technicité requière un minimum d’attention. Mais l’éditeur fournit une documentation pour chaque avion


Its little all-included price is worth exploring in depth. And indeed beyond the technical barrier it is the most splendid and realistic of all simulators. The best of the best actually. An absolute delight. Forget the others and take off for good!

The user interface

It is reduced to the essential. It will be necessary to use the cockpit with all the skills and knowledge required. But it’s worth it to be interested. The manipulation of the cockpit is easy thanks to an excellent interface well thought for the touch.

During the flight the novice will have no choice but to activate the co-pilot who takes care of everything. You do not do anything, you are passive. It’s like a YouTube video. The only advantage of the co-pilot is that by observing it well it can serve as a tutorial on learning how to fly this or that plane.

Aerofly offers tutorials that can also be useful for other simulators: Aerofly FS Wiki. The simulator is so powerful that the editor even invites us to watch tutorial videos of real flights.

The status bar is at the top which frees up the bottom of the screen to place the flight instruments. Which is a very great idea. This is the only simulator to have thought of it.

In addition on an iPad the instruments are large enough which allows not to use the HUD which we forget the existence totally. It’s really the only simulator to have managed to make the use of cockpit instruments to navigate and to do without HUD.

It’s adapted to the 11-inch iPad Pro and iPhone X / XS / XR / 11 screens.

Limit the number of frames to prevent overheating of your device. The limitation does not really change anything since the movements are soft. It’s perfectly smooth. And does not require an internet connection. The multitasking on the iPad is well managed, so it is possible to open a floating window Mail, Messages or the Control Center for example without pausing your flight.

No bug or untimely crash.

You can pause your flight and come back several days later, for example.

Once paused you can watch the last seconds on the angle of your choice, another weather or at a different time of the day. There is no replay of the complete flight. It’s pretty damaging since it’s so beautiful that it deserves some shots. The ideal would be to have a camera button that generates a screenshot in Photos without the interface.

The fucking icon that makes it possible to raise the plane higher must absolutely be disabled. Because if inadvertently you tap it your plane will be powered instantly higher even during the taxiway. And that is shitty. Similarly for the co-pilot button which is useless if we use the cockpit to navigate.

The publisher has a ticketing system and answers questions like a professional. They are not nested behind their forum completely frightened by suggestions or the discovery of bugs (like at Infinite Flight). The showcase at Aerofly is Aerofly and not a forum that serves as a shield or smoke screen to give shit to the user.

The map

It is in color with satellite view. The zoom seems limited but in fact the use is perfect.

Preparing a flight is confusing at first: it must be understood that it is necessary to place the plane anywhere on the map (even already at altitude). Then prepare a flight plan that may have nothing to do with the position of the plane! This allows you to generate a new flight plan and leave the plane where you parked it.

A flight plan is automatically created. It can then be modified by inserting an SIDs, a STARs, a route, VORs, waypoints or personal waypoints.

It is thus preprogrammed in the flight computer, no need to dive into the use of it even in the case of Cold & Dark. But it is still possible to use it from the cockpit.

Planes

There are 23 aircrafts including Boeing or Airbus airliners, Turboprop including the Dash 8Q-400, combat jets, general aviation, 2 helicopters and 2 gliders. Their designs are particularly neat inside and out with the same level of finish for all.

The physics of flight is PERFECT even ORGASMIC, the BEST of all.

They are all equipped with cockpits with animated instruments. All buttons are manipulable. If you don’t use the co-pilot it will be necessary to use the cockpit.

It’s the most advanced and perfectionist cockpits, without equal.

In the cockpit, there are the noises of handling buttons and joysticks. It’s very sexy.

The noises are specific to each aircraft. It’s the only simulator to succeed. An Airbus makes an Airbus sound, a Boeing a Boeing sound, etc. Even better than that the Airbus A320 does not make the same noise as the Airbus A380, wow!

However the A380 does not seem completely finished, for example, certain screens like the check-lists are frozen and moreover the button CL has no effect on this display.

There are GPWS, 100ABOVE, MINIMUM, RETARD RETARD callouts, but no RAAS..

The landing lights do not light the runway. How could they have omitted that, it’s a crime!

A small background of radio communications would have been nice.

It is the only simulator to offer auto-trim and auto-thrust (as on the Airbus). On Airbus there is also LOC & APPR, A/THR (managed speed), the 2 AP1 & AP2 autopilots, the V1 / VR / -O / -S / -F / TOD indicators, the FD direction indicator, the ILS follow-up in manual is simply magical including the display of the DH & the orientation of the plane and the screen displays the TO CONFIG / AUTO-BRAKE / FLAPS checklist. Orgasmic.

It is possible to start a flight in Cold & Dark, just with the engines off or the plane ready for taxi.

The cockpit view is well done by placing the flight instruments at the bottom of the screen. And so, you fly at the good height. It may seem obvious but it’s the only simulator to have thought about it. The others put up the cockpit . In some cases, you can even see the pedals of the rudder! You feel like a 6 years old child at the controls.

A parallax effect (optional) makes it possible to display the flight instruments and the autopilot without losing sight of the heading. This trick that differs from other simulators makes the cockpit really usable.

The instruments are sufficiently readable on an iPad (more difficult on iPhone but it is feasible and it is an exception specific to this simulator).

Your view and aircraft settings are stored from one flight to another. Once again this is the only simulator to have thought of it.

The rudder can be automatic (no worries), assisted (landing facilitated by crosswind) or manual (you manage). And the release of the rudder has an elastic return ( how smart it is).

The calibration of the device obliges to leave the flight and then to return to it. A calibration button would be welcome or better automatic calibration when the autopilot is disengaged.

The ergonomics of the simulator, the maneuverability of the cockpit and the actual operation of the instruments will allow you to deactivate the autopilot from 5000 feet as the real pilots in good weather to maintain their agility.

Scenery

The big difference with the previous version (Aerofly FS 2019) is that in addition to California there are Nevada, Utah, Colorado and Arizona.

Switzerland is also available for in-app purchase. As long as they add one day Japan, Hawaii, Vancouver, Seattle … to afford without moderation.

A « free in-app purchase » allows you to download the high-resolution version of the scenery. It adds 2 GB to the 4 GB of the application. How beautiful!

The scene is therefore extremely vast. A Los Angeles / Denver flight is waiting for you! Go through Las Vegas, wow …

Buildings around airports are in 3D and lit up at night. But unfortunately the rest of the cities are not.

Runways are properly lit with ALS (Approaching Lights System). The runway quality is really superior to other simulators, from far. No generic runways here. Some runways are even convex, concave or with a lateral slope. Magnificent!

Unfortunately the taxiways are not lit (with the exception of Denver, Aspen and maybe a few others). It’s quite incomprehensible since everything else is extremely neat.

Night flights are pleasant. On the interface there could be a button « flashlight » or « night vision » to temporarily see the scene while nocturne taxiway for example.

An excellent job beyond all that is done on iPad or iPhone. Absolutely unparalleled.

Weather

Beautiful clouds. It’s the most beautiful clouds.

But no rain or storm.

The cumulus and cirrus clouds are separately adjustable. Awesome. We can change them in middle of flight, just like the time.

The effects of lights and shadows affect the vision according to the atmospheric conditions as in reality. Totally exiting!

The time setting is based on UTC time. Not practical at all, it could be adapted in local time especially that it is necessary to place the plane somewhere on the map! There could also be notches that mark the sunrise, sunset, noon or night.

The wind force is adjustable as well as turbulence and thermals. The wind increases with altitude gain. An excellent weather engine.

The price

Thank you, there is no crappy subscription.

Thank you.

Thanks again.

Thank you very much, we do love you for that.

The game is not expensive and payable at one time. All planes are available. The Swiss region is the only in-app purchase.

Aerofly FS 2020 offers the best value for money of all simulators. However, its technicality requires a minimum of attention. But the publisher provides documentation for each plane

Laisser un commentaire